Florilège des erreurs, imprévus et autres « oublis »

Terrain

Ce n’est pas faute de le répéter, les oublis et erreurs en matière de gestion du budget de construction peuvent mettre le futur propriétaire dans de sérieuses difficultés financières. Et ces difficultés seront extrêmement difficiles à vivre.

Ayez bien conscience des risques et de leurs conséquences : faire une erreur dans la planification de son budget aura pour effet d'être contraint de rogner sur d’autres postes qui seront forcément ceux sur lesquels vous aviez décidé de vous faire plaisir. Ceux qui devaient faire de votre maison le nid confortable dont vous rêviez. Entamer l’habitation de sa maison avec le confort minimum n’est vraiment pas ce que vous souhaitez. Alors prenez les devant, et soyez vigilants 😉.

Accédez ici à notre outil de gestion de budget, pour ne rien oublier !

Afin de vous alerter sur les plus graves erreurs et surtout les plus fréquentes, nous avons décidé de vous proposer un florilège des erreurs en matière de budget que nous avons rencontrées et/ou qui sont le fruit des divers témoignages que nous avons récoltés :
Voici les premiers témoignages… C’est parti !

Oublie de la clôture du terrain pourtant obligatoire dans le PLU

« Pressés de pouvoir attaquer les travaux le plus rapidement possible après que nous ayons mis plus de 18 mois à trouver notre terrain, nous avons déposé notre permis de construire un peu à la hâte.

Le projet était bien pensé, et très optimisé sur le plan financier.

Trois semaines après le dépôt, la Mairie nous indique que le permis est refusé si nous ne nous engageons pas à clôturer notre terrain en dur, et en conservant intact les murs historiques en pierre sèche existants… La clôture complète nous a finalement couté près de 12 000€… »
José (34) - Maison réceptionnée en avril 2017

Effectivement, clôturer son terrain est une obligation légale. Mais la loi n’impose pas que cette clôture ait une nature particulière.

Ainsi, un simple grillage peut généralement suffire. Cependant quelques obligations surprises peuvent se cacher dans le PLU (plan local d’urbanisme) ou le règlement de lotissement, qui, quant à eux, peuvent imposer un cahier des charges bien plus exigeant en matière de clôture.

Dans cet exemple, nous sommes à un niveau d’exigence particulièrement élevé, car, en plus de devoir clôturer en dur, il a fallu prendre en considération des vestiges historiques protégés par le PLU.

La leçon : Prenez le temps de lire la réglementation d’urbanisme applicable à votre terrain. Il n’est pas compliqué de se la procurer et vous y découvrirez des informations précieuses !

Un surcoût pour frais d’enlèvement des terres

« Tout se déroulait parfaitement bien, nous étions heureux de voir que les travaux avaient commencés. Les fondations venaient d’être creusées et la dalle était sur le point d’être coulée.

Notre chef de chantier nous tenait au courant régulièrement de l’avancement.

Malheureusement, un soir vers 18h, il nous a appelé pour nous indiquer qu’il allait falloir évacuer les terres issues du creusement de nos fondations de 80cm de profondeur et du sous-sol… Il nous a gentiment fait comprendre que cette évacuation nécessitait le recours à plusieurs semi-remorques à notre charge… Le tout pour plusieurs milliers d’euros à décaisser tout de suite, pour pouvoir poursuivre le chantier…

J’étais désemparé, et énervé contre lui. Nous n’avions évidemment pas du tout été mis au courant de cela. Il nous a été très difficile de lui faire totalement confiance pour la suite… »
Jacques (13) - Maison réceptionnée en décembre 2017

Voici un cas typique de mauvaise planification. Des fondations de 80cm de profondeurs sont effectivement des fondations profondes, mais surtout, un sous-sol implique un retrait de terre très important.

D’autant plus, qu’il ne faut pas oublier l’augmentation du volume de ces terres par un phénomène appelé le foisonnement (une augmentation de son volume de près de 70%).

Un volume important de terre a donc été sortis, et stocké sur le terrain. Impossible de poursuivre les travaux avec de tels volumes de terres au milieu du passage.

Il a donc fallu évacuer ces terres en urgence pour ne pas que tout le chantier soit retardé. Évidement, aucun voisin n’était immédiatement intéressé par ces terres…

Ce qu’il faut retenir de cette expérience est que l’évacuation des terres doit être anticipée. Concrètement, n’hésitez pas à vous renseigner autour de vous en amont ou déposer une annonce dans un journal local ou directement sur internet pour vous débarrasser de ces terres.

Voici un site très pratique pour ça.

Vous aurez ainsi l’occasion, non seulement de ne pas perdre de l’argent bêtement en évacuation, mais en plus d'en tirer peut-être une petite somme en les vendant… Donc soyez prévoyant ! ;-)